Politique de la mémoire et médiation de l’histoire à l’échelle municipale (Villeurbanne)

Annonce de séminaire

Cette séance du séminaire « action publique » du Lahra sera l’occasion de présenter nos premières pistes de recherches sur la mise en place d’une politique mémorielle sur le territoire de Villeurbanne et plus particulièrement à travers un centre culturel de la ville (le Rize) dont le projet est axé sur la mémoire de l’immigration et du monde ouvrier.

La séance commencera exceptionnellement à 16h45 et se terminera à 18h. Il aura lieu en salle du Conseil de Sciences Po Lyon (14 avenue Berthelot, 69007, Lyon)

Séminaire conjoint LARHRA-TRIANGLE, organisé par Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Christophe Capuano, Bruno Dumons, Gilles Pollet, Renaud Payre

Coordonnateur : Christophe Capuano, Christophe.Capuano@univ-lyon2.fr

Nancy Venel (Lyon2/Triangle) et Marina Chauliac (IIAC/CEM, DRAC Rhône-Alpes)

Rize-Villeurbanne-85342

Pouvoir de mémoire

La saisie de données sur un tableur Excel ou Access, peut paraître un travail répétitif et fastidieux, et en ce sens relativement stérile pour la recherche. Pourtant ce travail permet une vue d’ensemble, une mémorisation inconsciente et collatérale des données accumulées et méthodiquement rentrées dans un tableur. A défaut d’une perception construite autour d’un questionnement ciblé, saisir un ensemble de données encourage donc à avoir une vision panoptique, dessinant plus aisément certains contours et permettant peut-être d’ouvrir certaines pistes analytiques.

C’est dans cette optique qu’il me semble pertinent de formuler plusieurs remarques sur un ensemble de données issues du référencement des associations parisiennes préoccupées par les questions mémorielles1 . Une base de données prenant en compte les associations inscrites sur l’annuaire en ligne de la ville de Paris et pour lesquelles  j’évoquerai  la manière dont elles se définissent et usent du terme (ou de la thématique) « mémoire ».

Il existe évidemment un premier maillage relativement classique et prévisible d’associations ayant recours à cette terminologie. Les associations d’anciens combattants, de victimes de la déportation, d’anciennes générations migrantes continuent de porter une mémoire ayant pour but de sauvegarder un passé, de préserver le souvenir ou de commémorer des évènements marquants autant que marqueurs. Continuer la lecture de Pouvoir de mémoire

  1. Associations, qui ici, ont fait le choix de sélectionner ce thème comme l’une de leurs activités principales lors de leur enregistrement (non obligatoire) sur l’annuaire en ligne mise à disposition par la ville []

Paris, ville-mémoire ?

La Ville de Paris, dans ses formes successives, participe depuis longtemps à la construction d’un récit public du passé. Ce n’est toutefois qu’à la fin des années 90 que la « mémoire » devient une catégorie d’action publique. Une délégation municipale à « la Mémoire et au Monde Combattant » existe depuis 2001 tandis qu’un réseau associatif d’« acteurs engagés sur les questions mémorielles » est créé quelques années plus tard. Le cas parisien servira ainsi à se poser une question centrale : qui sont les acteurs sociaux qui à Paris se considèrent comme engagés dans le domaine de la « mémoire » et de « l’histoire » ? Avec quels mots et par quelles actions agissent-ils ? Comment se localise la « mémoire » à Paris ?

Il sera d’abord procédé à une analyse systématique des déclarations d’associations à Paris pour, tout d’abord, identifier celles qui incluent la « mémoire » parmi leurs raisons sociales, établir, ensuite, quelles périodes historiques, quels champs lexicaux, quels registres de justification et co-occurrences apparaissent alors.

Il sera ensuite fait recours à la prosopographie qui, inédit pour le traitement de la médiation de l’histoire, permet d’aller au-delà d’une simple sociographie de qui sont aujourd’hui les acteurs, publics comme privés, de champ, pour cerner d’où ils viennent et quelles sont leurs trajectoires. Comment devient-on un « activiste » de la place du passé dans la société ?

Sarah Gensburger, CNRS-ISP

Où réside la « mémoire » à Villeurbanne ?

Villeurbanne est une ville de la banlieue lyonnaise qui a connu son essor au XIXe siècle avec l’industrialisation massive de la ville (principalement avec le textile et la métallurgie) et dont le peuplement reste fortement lié à l’apport migratoire (Italie, Espagne, Arménie, Algérie, Portugal…). L’architecture de la ville  témoigne aujourd’hui encore de l’identité ouvrière de celle que l’on surnommait « la citadelle rouge » et ce, malgré la mise en place d’un processus de gentrification dans certains de ses quartiers.

Depuis le début des années 2000, la ville de Villeurbanne a développé une politique particulièrement active dans le domaine de la mémoire ouvrière et la mémoire de l’immigration qui s’est concrétisée par la création en 2008 d’un établissement culturel : le Rize. Rassemblant en un même lieu les archives municipales de Villeurbanne, une médiathèque, une galerie d’exposition, un amphithéâtre, un café, des ateliers pour artistes et des bureaux destinés à des chercheurs en résidence, le Rize se veut « un ensemble cohérent de fonctions complémentaires (documentaire, scientifique et culturelle) au service du travail de mémoire ». Ses missions sont ainsi présentées : « collecter et conserver des traces, les analyser par la recherche, les valoriser par la médiation ». Continuer la lecture de Où réside la « mémoire » à Villeurbanne ?

Aux origines d’un projet de recherche

A la fin des années 1970, en France, crise de l’histoire et remise en cause du « roman national » conduisent à l’émergence d’un nouvel objet paradoxal pour les sciences sociales : la présence du passé. D’évidente, la localisation du passé devient une énigme.

Pierre Nora en propose alors une première résolution. A travers la « problématique des lieux », il entend renouveler une histoire politique, écrite désormais au « second degré ». A travers l’étude des « lieux de mémoire » et de leur genèse, il s’agit de retracer la naissance de la République et de la Nation. Ce n’est alors pas tant la présence du passé qu’il s’agit de mettre en évidence que d’acter sa disparition et son absence. Cette approche spécifique de la localisation du passé a des conséquences méthodologiques. C’est l’historien qui donne son statut social à la réalité symbolique ou matérielle dont il est question dans les différents chapitres au point que Pierre Nora forgera par la suite le néologisme « lieux de mémoiriser ». Seule cette opération historienne de « lieux de mémoiriser » explique ainsi l’inclusion du « front de mer », de la « conversation » ou encore du « local » lui-même parmi les « lieux de mémoire ». L’ambition de refondation d’une histoire politique conduit de plus à l’adoption de l’échelle nationale pour localiser le passé à tel point que l’entreprise sera finalement accusée de rester prisonnière d’un roman national qu’elle entendait pourtant déconstruire. Continuer la lecture de Aux origines d’un projet de recherche