Tous les articles par Magali Vautelin

Des mémoires dans la ville?

OBSERVER ET PHOTOGRAPHIER LES USAGES DES PLAQUES COMMÉMORATIVES A PARIS

« Lieu de mémoire » est aujourd’hui une expression consacrée. Les monuments, les mémoriaux et autres plaques commémoratives ne cessent d’être érigés. Pourtant, très peu de chercheurs, comme de journalistes, se sont jusqu’ici interrogés sur les usages qui en sont faits et les effets sociaux qu’ont possiblement ces « lieux de mémoire ». Plus largement, des questions se posent quant au rapport des passants avec la ville patrimoniale qui les entoure. Ce chantier souhaite contribuer à cette réflexion.

Il prend acte de l’importance des plaques commémoratives sur des événements de la Seconde Guerre mondiale à avoir été apposées sur les murs de la capitale parisienne.

Nombre de plaques commémoratives parisiennes 1939-1945

Open data ville de Paris, données modifiées le 28 02 2014

1er arrondissement : 29                       2ème arrondissement : 19

3 ème arrondissement : 47                    4 ème arrondissement : 55

5 ème arrondissement : 44                    6 ème arrondissement : 64

7 ème arrondissement : 59                    8 ème arrondissement : 31

9 ème arrondissement : 30                    10 ème arrondissement : 96

11 ème arrondissement : 87                  12 ème arrondissement : 66

13 ème arrondissement : 93                  14 ème arrondissement : 52

15 ème arrondissement : 54                  16 ème arrondissement : 56

17 ème arrondissement : 35                  18 ème arrondissement : 102

19 ème arrondissement : 77                  20 ème arrondissement : 123

Ce chantier s’inspire aussi de notre propre usage de la ville. Depuis quelques mois, nous avons en effet constaté plusieurs appropriations sociales de ces plaques, à partir d’annotations ou d’usages détournés.

Image plaque rue vieille du temple Septembre 2014, Rue Vieille du Temple, Paris 4ème, crédit : S. Gensburger

 Rue de LyonDécembre 2014, rue de Lyon, Paris 12ème, crédit : S. Gensburger.

Afin d’aller au-delà de ces impressions, il sera donc procédé à une enquête systématique. Dans un premier temps, en avril 2015, une visite exhaustive des plaques de six arrondissements, choisis de manière diversifiée quant à leur taille, leur centralité et leur caractéristiques sociaux-économiques (opposition Est / Ouest  notamment), sera réalisée avec la prise de photographie et le relevé des possibles appropriations sociales physiques des plaques. Dans un second temps, des séquences d’observation seront conduites sur les mois d’avril et de mai 2015 afin de témoigner des arrêts devant un panel de plaques retenues et de leurs possibles lectures et usages. Une quantification sera réalisée. Elle sera complétée de la passation d’entretiens auprès des passants.

La publication d’un ouvrage photographique est envisagé.

Sociologue, journaliste, photographe, architecte ou simple passant, n’hésitez pas à rejoindre notre équipe : sgensburger@yahoo.fr

Sarah Gensburger, CNRS – Institut de sciences Sociales du Politique

Arnaud Figari, Université Paris Ouest Nanterre – LESC

Mémoire et politique de la ville

Le rapport issu de la journée du 6 mai 2014, organisée par l’Association des archivistes français et le réseau Mémoires et Histoires en Île-de-France témoigne de l’envergure prise par l’objet « mémoire » et par les « actions mémorielles » à l’échelle des municipalités et des espaces urbains. Cette émergence d’une nouvelle question sociale est traduite ici par la co-présence de responsables politiques, d’experts (archivistes et historiens) et de responsables associatifs (reprenant plusieurs grandes structures du maillage et des réseaux s’étant constitués autour de ce « travail de mémoire »). Prenant largement pour cadre la ville et les quartiers populaires, ce qui est ici en jeu semble de centraliser et de coordonner la multiplicité disparate des structures qui se sont emparées depuis plus d’une décennie de ce champ d’actions politiques. Pour les uns, la « mémoire », et par ce biais l’histoire, correspondent à l’ouverture d’un nouveau champ de mobilisation et d’action publique, pour d’autres elles restent un objet scientifique, en revanche tous relèvent le potentiel fédérateur de cette thématique. Le texte de loi qui est posé en préambule au débat souligne cet aspect. L’action de mémoire est aujourd’hui un segment affirmé de la politique de la ville, non plus seulement limitée à être le vecteur d’une reconnaissance de minorités mémorielles mais qui doit être le socle de refondation de la politique de la ville. La diversité des acteurs fait d’ailleurs écho à la diversité des actions qui passent par le prisme de la mémoire : démocratie participative, question sociale, reconnaissance, intégration, etc.… Continuer la lecture de Mémoire et politique de la ville

Politique de la mémoire et médiation de l’histoire à l’échelle municipale (Villeurbanne)

Annonce de séminaire

Cette séance du séminaire « action publique » du Lahra sera l’occasion de présenter nos premières pistes de recherches sur la mise en place d’une politique mémorielle sur le territoire de Villeurbanne et plus particulièrement à travers un centre culturel de la ville (le Rize) dont le projet est axé sur la mémoire de l’immigration et du monde ouvrier.

La séance commencera exceptionnellement à 16h45 et se terminera à 18h. Il aura lieu en salle du Conseil de Sciences Po Lyon (14 avenue Berthelot, 69007, Lyon)

Séminaire conjoint LARHRA-TRIANGLE, organisé par Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Christophe Capuano, Bruno Dumons, Gilles Pollet, Renaud Payre

Coordonnateur : Christophe Capuano, Christophe.Capuano@univ-lyon2.fr

Nancy Venel (Lyon2/Triangle) et Marina Chauliac (IIAC/CEM, DRAC Rhône-Alpes)

Rize-Villeurbanne-85342

Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín

Construit en 2011 dans le cadre du Programme d’aide aux victimes du conflit armé de la ville de Medellín, le Musée Maison de la Mémoire est le premier musée public colombien ayant pour objectif de mettre en récit le conflit armé qui secoue le pays depuis plus de 60 ans. S’il est clair que ce musée fait partie de la vaste palette des dispositifs (procès, Commissions de Vérité et de Réconciliation, réparations matérielles, publication de rapports sur le conflit) visant à favoriser la « transition vers la paix » des pays ayant connus un conflit civil ou une dictature, l’approche locale permet de faire émerger des enjeux qui relèvent de problématiques classiques de la sociologie politique.

Un exemple de ces enjeux est la problématique urbaine, plus précisément de la (re)construction d’une ville et de la (re)conquête de certains quartiers par la municipalité. Le Musée Maison de la Mémoire de Medellín s’inscrit en effet dans un projet de réaménagement de la zone centre-orientale de la ville. Projet écologique de récupération du fleuve Santa Elena, construction de logements sociaux, extension d’une ligne de métro, amélioration des services publics (eau, électricité) et construction d’ « espaces publics » (places, parcs) doivent participer au désenclavement de la zone, durement touchée par le conflit jusqu’aux années 2000. En 2011, la construction du musée a nécessité le rachat et la destruction de plusieurs maisons du quartier populaire de Boston, où de nombreux vendeurs de drogue et prostituées exerçaient leur activité. Le musée, dans ce contexte, s’inscrit dans des problématiques urbaines qui élargissent ses objectifs initiaux, centrés sur la mise en valeur du témoignage des victimes et la diffusion d’un récit pédagogique sur les origines du conflit armé, jusqu’à présent absent des manuels scolaires. Continuer la lecture de Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín

Pouvoir de mémoire

La saisie de données sur un tableur Excel ou Access, peut paraître un travail répétitif et fastidieux, et en ce sens relativement stérile pour la recherche. Pourtant ce travail permet une vue d’ensemble, une mémorisation inconsciente et collatérale des données accumulées et méthodiquement rentrées dans un tableur. A défaut d’une perception construite autour d’un questionnement ciblé, saisir un ensemble de données encourage donc à avoir une vision panoptique, dessinant plus aisément certains contours et permettant peut-être d’ouvrir certaines pistes analytiques.

C’est dans cette optique qu’il me semble pertinent de formuler plusieurs remarques sur un ensemble de données issues du référencement des associations parisiennes préoccupées par les questions mémorielles1 . Une base de données prenant en compte les associations inscrites sur l’annuaire en ligne de la ville de Paris et pour lesquelles  j’évoquerai  la manière dont elles se définissent et usent du terme (ou de la thématique) « mémoire ».

Il existe évidemment un premier maillage relativement classique et prévisible d’associations ayant recours à cette terminologie. Les associations d’anciens combattants, de victimes de la déportation, d’anciennes générations migrantes continuent de porter une mémoire ayant pour but de sauvegarder un passé, de préserver le souvenir ou de commémorer des évènements marquants autant que marqueurs. Continuer la lecture de Pouvoir de mémoire

  1. Associations, qui ici, ont fait le choix de sélectionner ce thème comme l’une de leurs activités principales lors de leur enregistrement (non obligatoire) sur l’annuaire en ligne mise à disposition par la ville []

Paris, ville-mémoire ?

La Ville de Paris, dans ses formes successives, participe depuis longtemps à la construction d’un récit public du passé. Ce n’est toutefois qu’à la fin des années 90 que la « mémoire » devient une catégorie d’action publique. Une délégation municipale à « la Mémoire et au Monde Combattant » existe depuis 2001 tandis qu’un réseau associatif d’« acteurs engagés sur les questions mémorielles » est créé quelques années plus tard. Le cas parisien servira ainsi à se poser une question centrale : qui sont les acteurs sociaux qui à Paris se considèrent comme engagés dans le domaine de la « mémoire » et de « l’histoire » ? Avec quels mots et par quelles actions agissent-ils ? Comment se localise la « mémoire » à Paris ?

Il sera d’abord procédé à une analyse systématique des déclarations d’associations à Paris pour, tout d’abord, identifier celles qui incluent la « mémoire » parmi leurs raisons sociales, établir, ensuite, quelles périodes historiques, quels champs lexicaux, quels registres de justification et co-occurrences apparaissent alors.

Il sera ensuite fait recours à la prosopographie qui, inédit pour le traitement de la médiation de l’histoire, permet d’aller au-delà d’une simple sociographie de qui sont aujourd’hui les acteurs, publics comme privés, de champ, pour cerner d’où ils viennent et quelles sont leurs trajectoires. Comment devient-on un « activiste » de la place du passé dans la société ?

Sarah Gensburger, CNRS-ISP

Où réside la « mémoire » à Villeurbanne ?

Villeurbanne est une ville de la banlieue lyonnaise qui a connu son essor au XIXe siècle avec l’industrialisation massive de la ville (principalement avec le textile et la métallurgie) et dont le peuplement reste fortement lié à l’apport migratoire (Italie, Espagne, Arménie, Algérie, Portugal…). L’architecture de la ville  témoigne aujourd’hui encore de l’identité ouvrière de celle que l’on surnommait « la citadelle rouge » et ce, malgré la mise en place d’un processus de gentrification dans certains de ses quartiers.

Depuis le début des années 2000, la ville de Villeurbanne a développé une politique particulièrement active dans le domaine de la mémoire ouvrière et la mémoire de l’immigration qui s’est concrétisée par la création en 2008 d’un établissement culturel : le Rize. Rassemblant en un même lieu les archives municipales de Villeurbanne, une médiathèque, une galerie d’exposition, un amphithéâtre, un café, des ateliers pour artistes et des bureaux destinés à des chercheurs en résidence, le Rize se veut « un ensemble cohérent de fonctions complémentaires (documentaire, scientifique et culturelle) au service du travail de mémoire ». Ses missions sont ainsi présentées : « collecter et conserver des traces, les analyser par la recherche, les valoriser par la médiation ». Continuer la lecture de Où réside la « mémoire » à Villeurbanne ?

Aux origines d’un projet de recherche

A la fin des années 1970, en France, crise de l’histoire et remise en cause du « roman national » conduisent à l’émergence d’un nouvel objet paradoxal pour les sciences sociales : la présence du passé. D’évidente, la localisation du passé devient une énigme.

Pierre Nora en propose alors une première résolution. A travers la « problématique des lieux », il entend renouveler une histoire politique, écrite désormais au « second degré ». A travers l’étude des « lieux de mémoire » et de leur genèse, il s’agit de retracer la naissance de la République et de la Nation. Ce n’est alors pas tant la présence du passé qu’il s’agit de mettre en évidence que d’acter sa disparition et son absence. Cette approche spécifique de la localisation du passé a des conséquences méthodologiques. C’est l’historien qui donne son statut social à la réalité symbolique ou matérielle dont il est question dans les différents chapitres au point que Pierre Nora forgera par la suite le néologisme « lieux de mémoiriser ». Seule cette opération historienne de « lieux de mémoiriser » explique ainsi l’inclusion du « front de mer », de la « conversation » ou encore du « local » lui-même parmi les « lieux de mémoire ». L’ambition de refondation d’une histoire politique conduit de plus à l’adoption de l’échelle nationale pour localiser le passé à tel point que l’entreprise sera finalement accusée de rester prisonnière d’un roman national qu’elle entendait pourtant déconstruire. Continuer la lecture de Aux origines d’un projet de recherche