Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín

Construit en 2011 dans le cadre du Programme d’aide aux victimes du conflit armé de la ville de Medellín, le Musée Maison de la Mémoire est le premier musée public colombien ayant pour objectif de mettre en récit le conflit armé qui secoue le pays depuis plus de 60 ans. S’il est clair que ce musée fait partie de la vaste palette des dispositifs (procès, Commissions de Vérité et de Réconciliation, réparations matérielles, publication de rapports sur le conflit) visant à favoriser la « transition vers la paix » des pays ayant connus un conflit civil ou une dictature, l’approche locale permet de faire émerger des enjeux qui relèvent de problématiques classiques de la sociologie politique.

Un exemple de ces enjeux est la problématique urbaine, plus précisément de la (re)construction d’une ville et de la (re)conquête de certains quartiers par la municipalité. Le Musée Maison de la Mémoire de Medellín s’inscrit en effet dans un projet de réaménagement de la zone centre-orientale de la ville. Projet écologique de récupération du fleuve Santa Elena, construction de logements sociaux, extension d’une ligne de métro, amélioration des services publics (eau, électricité) et construction d’ « espaces publics » (places, parcs) doivent participer au désenclavement de la zone, durement touchée par le conflit jusqu’aux années 2000. En 2011, la construction du musée a nécessité le rachat et la destruction de plusieurs maisons du quartier populaire de Boston, où de nombreux vendeurs de drogue et prostituées exerçaient leur activité. Le musée, dans ce contexte, s’inscrit dans des problématiques urbaines qui élargissent ses objectifs initiaux, centrés sur la mise en valeur du témoignage des victimes et la diffusion d’un récit pédagogique sur les origines du conflit armé, jusqu’à présent absent des manuels scolaires.

C’est l’enquête ethnographique, qui passait par notre présence quotidienne au musée, qui nous a amené à intégrer l’analyse du musée à des problématiques sociales et politiques plus larges : comment un musée de la mémoire participe-t-il à l’inclusion et à la reconnaissance symbolique de certains groupes ? Cette question se pose à l’échelle locale et au quotidien, lorsque les travailleurs sociaux et les employés administratifs du musée interagissent avec des groupes multiples et doivent parfois gérer des situations complexes : présence de vendeurs ambulants et de personnes sans domicile fixe, consommation de drogue, parkings alentours gérés officieusement par des bandes, vols de fruits dans les arbres du parc, graffitis… Ces situations « banales » posent la question du rôle social et politique du Musée Maison de la Mémoire dans une ville marquée par des écarts de richesse considérables et une violence encore très présente, de la définition de son champ d’action ; en résumé du rapport qu’entretient une municipalité avec des groupes longtemps exclus des politiques publiques et des espaces publics légitimes.

En nous amenant à étudier un musée de la mémoire au regard de problématiques urbaines, l’approche par le local des mises en récits publiques du passé se révèle riche et pertinente. Elle nous pousse à désacraliser l’objet « musée » et à préciser l’analyse de l’appropriation concrète des dispositifs de pacification, nous permettant de voir et de toucher les rapports sociaux qui traversent les musées de la mémoire.

Julie Lavielle, Université Paris Ouest  Nanterre La Défense

Crédits photos : Julie Lavielle
Entrée du musée
crédit photos  Julie Lavielle
Vue depuis l’intérieur du musée crédit photos Julie Lavielle

 

Alentours du musée
Alentours du musée
crédit photos Julie Lavielle

2 réflexions au sujet de « Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín »

    1. Bonjour,
      Le projet en tant que tel n’a pas fait l’objet d’un vote, mais les habitants ont élu un maire, Alonso Salazar, dont le programme prévoyait la mise en place d’une politique publique d’aide aux victimes, avec un volet consacré à la mémoire.
      Les porteurs du projets ont également fait des consultations auprès de tous les quartiers de la ville, de certains groupes sociaux (artistes, professeurs d’universités, associations de victimes et de défense des droits de l’homme); mais les consultations portaient sur la forme que pouvaient prendre le musée et non pas sur la pertinence de sa réalisation.
      Enfin, au niveau du quartier, la destruction des logements de 125 familles a suscité de vives contestations, réprimées violemment par les forces anti-émeutes municipales, et un mouvement de contestation des « méga projets » urbains mis en place dans différents quartiers de Medellin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *