Pouvoir de mémoire

La saisie de données sur un tableur Excel ou Access, peut paraître un travail répétitif et fastidieux, et en ce sens relativement stérile pour la recherche. Pourtant ce travail permet une vue d’ensemble, une mémorisation inconsciente et collatérale des données accumulées et méthodiquement rentrées dans un tableur. A défaut d’une perception construite autour d’un questionnement ciblé, saisir un ensemble de données encourage donc à avoir une vision panoptique, dessinant plus aisément certains contours et permettant peut-être d’ouvrir certaines pistes analytiques.

C’est dans cette optique qu’il me semble pertinent de formuler plusieurs remarques sur un ensemble de données issues du référencement des associations parisiennes préoccupées par les questions mémorielles1 . Une base de données prenant en compte les associations inscrites sur l’annuaire en ligne de la ville de Paris et pour lesquelles  j’évoquerai  la manière dont elles se définissent et usent du terme (ou de la thématique) « mémoire ».

Il existe évidemment un premier maillage relativement classique et prévisible d’associations ayant recours à cette terminologie. Les associations d’anciens combattants, de victimes de la déportation, d’anciennes générations migrantes continuent de porter une mémoire ayant pour but de sauvegarder un passé, de préserver le souvenir ou de commémorer des évènements marquants autant que marqueurs.

Néanmoins, la « mémoire » tend à revêtir d’autres sens, très largement postérieurs aux années 80’, dans ces acceptations plus contemporaines. L’impression en somme d’un passage du devoir au pouvoir de mémoire, cette dernière devenant un outil et une ressource essentielle à des formes de légitimation, des besoins de visibilités, et une certaine consensualité.

La mémoire, et avec elle sa transmission, semblent à présent chargées d’une valeur intrinsèquement positive, vecteur d’intercompréhension culturelle et d’une nouvelle forme d’humanisme. L’association Le Regard de L’Autre peut faire figure d’exemple. Son objet explicité est ainsi de « valoriser le patrimoine des minorités en France en mettant en lumière le travail de personnalités, d’artistes, d’intellectuels afin de changer le regard sur le multi-culturalisme, sur l’apport des migrations ». La mémoire aurait un effet direct sur la société. Elle se meut, non sans extrapoler un peu, en fait social total. L’association Paroles d’Hommes et de Femmes laisse entrevoir cette dimension lorsqu’elle définit son objet : « [l’association] utilise la mémoire recueillie dans tous les lieux et sous toutes ses formes, pour créer du lien social. L’histoire individuelle et collective peut être une source d’animation interculturelle ». Il  ne s’agit donc pas de faire face à un défaut de mémoire, à certaines pages obscurcies du passé ou encore à un besoin que certains évènements échappent à l’oubli. La mémoire est débusquée, dénichée dans chaque espace où elle pourrait exister. Et il convient, même si les raisons peuvent parfois sembler floues, de s’inscrire dans ce sillage. Elle est un instrument politique dans la mesure où son efficacité opère dans de larges domaines de la société. Des associations relativement éloignées de la thématique mémorielle y ont ainsi recours sans que la visée ne soit pour autant limpide. L’association Des mots et des actes, qui entend défendre la langue française, insiste de la sorte sur l’importance de « tous travaux sur l’histoire et la mémoire, le langage, la définition des mots » et l’on note d’ailleurs l’hétérogénéité des termes juxtaposés. Femmes au-delà des mers, œuvrant pour l’échange et la transmission des savoirs des femmes pour mettre en valeur leur apport à la société, souligne pour sa part que son « activité s’articule autour d’un projet phare, « Mémoires et Patrimoines ». La mémoire ne se limite plus à ce qui est transmis, elle devient un  moyen, un média, une technique spécifique de transmission.

Les évènements liés à la Seconde Guerre Mondiale ont pu engendrer une forme de crainte que les douleurs et les violences  puissent tomber dans l’oubli (telle que le montre l’association Les « oublié-e-s  de la mémoire, Association Civile Homosexuelle du Devoir de Mémoire). Les usages du terme « mémoire » et les inscriptions dans les thématiques « mémorielles » semblent relever aujourd’hui d’autres motifs et dynamiques. Il s’agit de s’affilier à cette figure de proue intouchable et auto-légitimée que constitue la politique mémorielle. L’analyse devrait alors porter moins sur le sens pris par le mot, que sur la puissance acquise par l’instrument.

Document Association

Arnaud Figari, Université Paris Ouest Nanterre La Défense-LESC

  1. Associations, qui ici, ont fait le choix de sélectionner ce thème comme l’une de leurs activités principales lors de leur enregistrement (non obligatoire) sur l’annuaire en ligne mise à disposition par la ville []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *