Paris, ville-mémoire ?

La Ville de Paris, dans ses formes successives, participe depuis longtemps à la construction d’un récit public du passé. Ce n’est toutefois qu’à la fin des années 90 que la « mémoire » devient une catégorie d’action publique. Une délégation municipale à « la Mémoire et au Monde Combattant » existe depuis 2001 tandis qu’un réseau associatif d’« acteurs engagés sur les questions mémorielles » est créé quelques années plus tard. Le cas parisien servira ainsi à se poser une question centrale : qui sont les acteurs sociaux qui à Paris se considèrent comme engagés dans le domaine de la « mémoire » et de « l’histoire » ? Avec quels mots et par quelles actions agissent-ils ? Comment se localise la « mémoire » à Paris ?

Il sera d’abord procédé à une analyse systématique des déclarations d’associations à Paris pour, tout d’abord, identifier celles qui incluent la « mémoire » parmi leurs raisons sociales, établir, ensuite, quelles périodes historiques, quels champs lexicaux, quels registres de justification et co-occurrences apparaissent alors.

Il sera ensuite fait recours à la prosopographie qui, inédit pour le traitement de la médiation de l’histoire, permet d’aller au-delà d’une simple sociographie de qui sont aujourd’hui les acteurs, publics comme privés, de champ, pour cerner d’où ils viennent et quelles sont leurs trajectoires. Comment devient-on un « activiste » de la place du passé dans la société ?

Sarah Gensburger, CNRS-ISP


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *