Où réside la « mémoire » à Villeurbanne ?

Villeurbanne est une ville de la banlieue lyonnaise qui a connu son essor au XIXe siècle avec l’industrialisation massive de la ville (principalement avec le textile et la métallurgie) et dont le peuplement reste fortement lié à l’apport migratoire (Italie, Espagne, Arménie, Algérie, Portugal…). L’architecture de la ville  témoigne aujourd’hui encore de l’identité ouvrière de celle que l’on surnommait « la citadelle rouge » et ce, malgré la mise en place d’un processus de gentrification dans certains de ses quartiers.

Depuis le début des années 2000, la ville de Villeurbanne a développé une politique particulièrement active dans le domaine de la mémoire ouvrière et la mémoire de l’immigration qui s’est concrétisée par la création en 2008 d’un établissement culturel : le Rize. Rassemblant en un même lieu les archives municipales de Villeurbanne, une médiathèque, une galerie d’exposition, un amphithéâtre, un café, des ateliers pour artistes et des bureaux destinés à des chercheurs en résidence, le Rize se veut « un ensemble cohérent de fonctions complémentaires (documentaire, scientifique et culturelle) au service du travail de mémoire ». Ses missions sont ainsi présentées : « collecter et conserver des traces, les analyser par la recherche, les valoriser par la médiation ».

Tant par les axes thématiques qui le définissent (histoire politique, culturelle et sociale de Villeurbanne, mémoire ouvrière et de l’immigration) que par les actions qu’elle met en place, la structure a pour objectif d’être un outil de connaissance et de médiation de l’histoire sur le territoire villeurbannais. Le lien avec la population locale est envisagé à travers des projets participatifs, des ateliers d’écriture, des résidences d’artistes, des conférences, des spectacles, des actions à destination du public scolaire, etc. De quelle manière se joue donc la médiation de l’histoire dans l’activité quotidienne du Rize ? Et plus encore qu’est ce qui s’opère d’autre dans cette activité ? L’enquête en cours est conduite à partir d’entretiens, d’observations et de données quantitatives élaborées en partenariat avec le Rize.

Marina Chauliac (IACC – Ministère de la culture, DRAC Rhône-Alpes) et Nancy Venel (Université Lumière Lyon-2, UMR Triangle)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *