Aux origines d’un projet de recherche

A la fin des années 1970, en France, crise de l’histoire et remise en cause du « roman national » conduisent à l’émergence d’un nouvel objet paradoxal pour les sciences sociales : la présence du passé. D’évidente, la localisation du passé devient une énigme.

Pierre Nora en propose alors une première résolution. A travers la « problématique des lieux », il entend renouveler une histoire politique, écrite désormais au « second degré ». A travers l’étude des « lieux de mémoire » et de leur genèse, il s’agit de retracer la naissance de la République et de la Nation. Ce n’est alors pas tant la présence du passé qu’il s’agit de mettre en évidence que d’acter sa disparition et son absence. Cette approche spécifique de la localisation du passé a des conséquences méthodologiques. C’est l’historien qui donne son statut social à la réalité symbolique ou matérielle dont il est question dans les différents chapitres au point que Pierre Nora forgera par la suite le néologisme « lieux de mémoiriser ». Seule cette opération historienne de « lieux de mémoiriser » explique ainsi l’inclusion du « front de mer », de la « conversation » ou encore du « local » lui-même parmi les « lieux de mémoire ». L’ambition de refondation d’une histoire politique conduit de plus à l’adoption de l’échelle nationale pour localiser le passé à tel point que l’entreprise sera finalement accusée de rester prisonnière d’un roman national qu’elle entendait pourtant déconstruire.

Dès leur publication, les Lieux de mémoire donnent ainsi lieu à plusieurs critiques. Ils font l’impasse sur la présence des passés douloureux, de la collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale au colonialisme, et sur les passés qui structurent la société du présent, les trajectoires migratoires et les traditions locales. Plus encore, la problématique des lieux de mémoire laisse ouverte la question des pratiques sociales concrètes qui font la présence du passé dans les sociétés contemporaines.  Animée par cette question, et dans une perspective à la fois complémentaire et critique de celle de Pierre Nora, de nombreux travaux prennent alors au sérieux l’épaisseur tant sociale que spatiale d’un passé dont les traces deviennent omniprésentes. Conduites sur un mode ethnographique, un premier groupe d’enquêtes, principalement le fait d’anthropologues, pose la focale non sur les lieux mais sur les acteurs de la localisation du passé. En rupture avec l’approche précédente, l’échelle locale est alors privilégiée pour étudier ici la « mémoire », là le « patrimoine ». A l’opposé, et actant l’émergence d’un champ transnational où la présence du passé devient à la fois une ressource et un enjeu, un second groupe de travaux s’intéressent eux aux discours et aux arènes où ceux-ci sont tenus, tels les tribunaux, et déplacent alors la focale vers le « global », lieu de formation et de circulation d’une « mémoire » dite « cosmopolite » et d’un patrimoine devenu « mondial ». Poussée à l’extrême, cette seconde perspective conduit à l’étude de l’espace délocalisé qu’est le numérique et à l’évocation du passé et des formes de patrimonialisation sur et via internet.

Entre local et global, entre acteurs et discours, le projet de recherche collectif dont ce carnet de recherches entend rendre compte souhaite ouvrir une troisième voie afin de comprendre, dans le même mouvement, tant les évolutions de l’objet que celle du regard porté sur lui par les sciences sociales, selon périodes historiques et les espaces géographiques. Les terrains d’enquête envisagés se proposent de croiser tant les disciplines que les matériaux en espérant par là complexifier l’appréhension des rapports entre espace et temps. En 1941, déjà, Maurice Halbwachs pensait l’espace comme lieu d’actualisation du passé dans le présent. Pour Halbwachs, en effet, l’opération de reconnaissance/reconstruction qui préside au rappel du passé dans le présent est avant tout une opération de localisation intersubjective. Le sociologue forge alors le concept d’espace social : l’évocation du passé et ses contours découleraient de la place que l’individu occupe dans un espace structuré de relations sociales.

Entre « histoire à soi » et « mémoire globale », comment déterminer, empiriquement et non plus sur le seul plan théorique privilégié par Halbwachs, la dynamique sociale de l’évocation publique du passé ? A quelle échelle, et selon quelles méthodes, l’historien, la sociologue et l’anthropologue, doivent-ils conduire leur enquête pour arriver à saisir la « mémoire » ?

Au-delà des cas étudiés, et au croisement des disciplines comme du local, du national et de l’international, les travaux dont ce carnet rend compte permettent finalement de réfléchir au statut épistémologique de chacune de ces échelles d’observation. S’ils placent tous la focale au niveau municipal et privilégient ainsi l’échelle locale, ils mettent aussi en évidence les limites d’une telle focale pour dessiner, en creux, le lieu effectif de la présence du passé : l’individu comme être social. Musées ou sites historiques donnent lieu à des appropriations multiples et diversifiées que, à des degrés divers, les auteurs donnent à voir. A ce titre, ce projet est d’abord une invitation à porter davantage attention à la présence du passé comme expérience sociale contemporaine, et donc localisée.

Sarah Gensburger, CNRS – ISP


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *