Des mémoires dans la ville?

OBSERVER ET PHOTOGRAPHIER LES USAGES DES PLAQUES COMMÉMORATIVES A PARIS

« Lieu de mémoire » est aujourd’hui une expression consacrée. Les monuments, les mémoriaux et autres plaques commémoratives ne cessent d’être érigés. Pourtant, très peu de chercheurs, comme de journalistes, se sont jusqu’ici interrogés sur les usages qui en sont faits et les effets sociaux qu’ont possiblement ces « lieux de mémoire ». Plus largement, des questions se posent quant au rapport des passants avec la ville patrimoniale qui les entoure. Ce chantier souhaite contribuer à cette réflexion.

Il prend acte de l’importance des plaques commémoratives sur des événements de la Seconde Guerre mondiale à avoir été apposées sur les murs de la capitale parisienne.

Nombre de plaques commémoratives parisiennes 1939-1945

Open data ville de Paris, données modifiées le 28 02 2014

1er arrondissement : 29                       2ème arrondissement : 19

3 ème arrondissement : 47                    4 ème arrondissement : 55

5 ème arrondissement : 44                    6 ème arrondissement : 64

7 ème arrondissement : 59                    8 ème arrondissement : 31

9 ème arrondissement : 30                    10 ème arrondissement : 96

11 ème arrondissement : 87                  12 ème arrondissement : 66

13 ème arrondissement : 93                  14 ème arrondissement : 52

15 ème arrondissement : 54                  16 ème arrondissement : 56

17 ème arrondissement : 35                  18 ème arrondissement : 102

19 ème arrondissement : 77                  20 ème arrondissement : 123

Ce chantier s’inspire aussi de notre propre usage de la ville. Depuis quelques mois, nous avons en effet constaté plusieurs appropriations sociales de ces plaques, à partir d’annotations ou d’usages détournés.

Image plaque rue vieille du temple Septembre 2014, Rue Vieille du Temple, Paris 4ème, crédit : S. Gensburger

 Rue de LyonDécembre 2014, rue de Lyon, Paris 12ème, crédit : S. Gensburger.

Afin d’aller au-delà de ces impressions, il sera donc procédé à une enquête systématique. Dans un premier temps, en avril 2015, une visite exhaustive des plaques de six arrondissements, choisis de manière diversifiée quant à leur taille, leur centralité et leur caractéristiques sociaux-économiques (opposition Est / Ouest  notamment), sera réalisée avec la prise de photographie et le relevé des possibles appropriations sociales physiques des plaques. Dans un second temps, des séquences d’observation seront conduites sur les mois d’avril et de mai 2015 afin de témoigner des arrêts devant un panel de plaques retenues et de leurs possibles lectures et usages. Une quantification sera réalisée. Elle sera complétée de la passation d’entretiens auprès des passants.

La publication d’un ouvrage photographique est envisagé.

Sociologue, journaliste, photographe, architecte ou simple passant, n’hésitez pas à rejoindre notre équipe : sgensburger@yahoo.fr

Sarah Gensburger, CNRS – Institut de sciences Sociales du Politique

Arnaud Figari, Université Paris Ouest Nanterre – LESC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *