Mémoire et politique de la ville

Le rapport issu de la journée du 6 mai 2014, organisée par l’Association des archivistes français et le réseau Mémoires et Histoires en Île-de-France témoigne de l’envergure prise par l’objet « mémoire » et par les « actions mémorielles » à l’échelle des municipalités et des espaces urbains. Cette émergence d’une nouvelle question sociale est traduite ici par la co-présence de responsables politiques, d’experts (archivistes et historiens) et de responsables associatifs (reprenant plusieurs grandes structures du maillage et des réseaux s’étant constitués autour de ce « travail de mémoire »). Prenant largement pour cadre la ville et les quartiers populaires, ce qui est ici en jeu semble de centraliser et de coordonner la multiplicité disparate des structures qui se sont emparées depuis plus d’une décennie de ce champ d’actions politiques. Pour les uns, la « mémoire », et par ce biais l’histoire, correspondent à l’ouverture d’un nouveau champ de mobilisation et d’action publique, pour d’autres elles restent un objet scientifique, en revanche tous relèvent le potentiel fédérateur de cette thématique. Le texte de loi qui est posé en préambule au débat souligne cet aspect. L’action de mémoire est aujourd’hui un segment affirmé de la politique de la ville, non plus seulement limitée à être le vecteur d’une reconnaissance de minorités mémorielles mais qui doit être le socle de refondation de la politique de la ville. La diversité des acteurs fait d’ailleurs écho à la diversité des actions qui passent par le prisme de la mémoire : démocratie participative, question sociale, reconnaissance, intégration, etc.…

L’un des aspects par ailleurs remarquables, et qui avoisine plusieurs thématiques et objectifs de l’enquête dont ce carnet de recherches rend compte régulièrement, notamment sur l’évolution contemporaine du recours à la mémoire dans le monde associatif, concerne la proposition sur laquelle s’ouvre cette journée : la constitution d’un répertoire permanent des projets « mémoires ». Un tel répertoire, dont l’ambition est le recensement et l’évaluation des tous les projets et actions touchant à la mémoire, soulève une question méthodologique puis politique.

Tout d’abord, comment et par quel protocole, garder et répertorier les traces des actions de mémoire ? En dehors de la polysémie du terme mémoire, il semble évident que les projets « mémoires » renvoient à des pratiques et à des finalités qui, parfois communes, peuvent tout autant devenir contradictoires. L’action de l’Etat et l’action associative concernant les habitants d’un quartier populaire ont-elles les mêmes visées ? L’une des difficultés apparentes est alors de penser un tel répertoire sans penser une catégorisation, voire une hiérarchisation, des acteurs et des producteurs d’actions. De la même façon, se pose la question des moyens permettant le travail de mémoire, liée aussi à l’échelle d’exécution. Le recueil de récits de vie locaux, la construction d’un musée, une politique de reconnaissance d’une histoire au niveau national, ou des formes de patrimonialisation transnationale sont autant de média qu’il semble ardu de répertorier et de faire coexister sur un même plan. « Action de mémoire », « travail de mémoire », « production mémorielle », pour ne citer que quelques exemples, accentuent le flou qui entoure la notion et par là sa porosité. Paradoxalement, beaucoup d’intervenants et d’acteurs semblent appeler à maintenir le consensus ambiant autour de cette terminologie, presque pour maintenir cet engouement général et actuel autour de la mémoire.

Proposer un recensement des associations et des institutions soulève aussi la difficulté des sources, notamment pour rendre le contexte historique, géographique et politique propre à chaque projet de « mémoire ». En prenant en compte l’émiettement et la multiplication des acteurs, entre institutionnels, experts et associatifs, à partir de quelles sources peut-on constituer ce répertoire ? Les différents intervenants se heurtent en effet au problème des critères permettant de sélectionner les actions de mémoires et tenant compte du caractère parfois hybride de ces actions en fonction de leur contexte d’exécution. Une problématique qui signale une fois de plus le caractère éminemment politique de la mémoire. La recherche en cours dont ce carnet rend compte espère ainsi proposer des outils méthodologiques pour sortir de cet objet de recherche de ce seul cadre normativo-politique.

Arnaud Figari, Université Paris Ouest – LESC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *