Archives par mot-clé : featured

Des mémoires dans la ville?

OBSERVER ET PHOTOGRAPHIER LES USAGES DES PLAQUES COMMÉMORATIVES A PARIS

« Lieu de mémoire » est aujourd’hui une expression consacrée. Les monuments, les mémoriaux et autres plaques commémoratives ne cessent d’être érigés. Pourtant, très peu de chercheurs, comme de journalistes, se sont jusqu’ici interrogés sur les usages qui en sont faits et les effets sociaux qu’ont possiblement ces « lieux de mémoire ». Plus largement, des questions se posent quant au rapport des passants avec la ville patrimoniale qui les entoure. Ce chantier souhaite contribuer à cette réflexion.

Il prend acte de l’importance des plaques commémoratives sur des événements de la Seconde Guerre mondiale à avoir été apposées sur les murs de la capitale parisienne.

Nombre de plaques commémoratives parisiennes 1939-1945

Open data ville de Paris, données modifiées le 28 02 2014

1er arrondissement : 29                       2ème arrondissement : 19

3 ème arrondissement : 47                    4 ème arrondissement : 55

5 ème arrondissement : 44                    6 ème arrondissement : 64

7 ème arrondissement : 59                    8 ème arrondissement : 31

9 ème arrondissement : 30                    10 ème arrondissement : 96

11 ème arrondissement : 87                  12 ème arrondissement : 66

13 ème arrondissement : 93                  14 ème arrondissement : 52

15 ème arrondissement : 54                  16 ème arrondissement : 56

17 ème arrondissement : 35                  18 ème arrondissement : 102

19 ème arrondissement : 77                  20 ème arrondissement : 123

Ce chantier s’inspire aussi de notre propre usage de la ville. Depuis quelques mois, nous avons en effet constaté plusieurs appropriations sociales de ces plaques, à partir d’annotations ou d’usages détournés.

Image plaque rue vieille du temple Septembre 2014, Rue Vieille du Temple, Paris 4ème, crédit : S. Gensburger

 Rue de LyonDécembre 2014, rue de Lyon, Paris 12ème, crédit : S. Gensburger.

Afin d’aller au-delà de ces impressions, il sera donc procédé à une enquête systématique. Dans un premier temps, en avril 2015, une visite exhaustive des plaques de six arrondissements, choisis de manière diversifiée quant à leur taille, leur centralité et leur caractéristiques sociaux-économiques (opposition Est / Ouest  notamment), sera réalisée avec la prise de photographie et le relevé des possibles appropriations sociales physiques des plaques. Dans un second temps, des séquences d’observation seront conduites sur les mois d’avril et de mai 2015 afin de témoigner des arrêts devant un panel de plaques retenues et de leurs possibles lectures et usages. Une quantification sera réalisée. Elle sera complétée de la passation d’entretiens auprès des passants.

La publication d’un ouvrage photographique est envisagé.

Sociologue, journaliste, photographe, architecte ou simple passant, n’hésitez pas à rejoindre notre équipe : sgensburger@yahoo.fr

Sarah Gensburger, CNRS – Institut de sciences Sociales du Politique

Arnaud Figari, Université Paris Ouest Nanterre – LESC

Mémoire et politique de la ville

Le rapport issu de la journée du 6 mai 2014, organisée par l’Association des archivistes français et le réseau Mémoires et Histoires en Île-de-France témoigne de l’envergure prise par l’objet « mémoire » et par les « actions mémorielles » à l’échelle des municipalités et des espaces urbains. Cette émergence d’une nouvelle question sociale est traduite ici par la co-présence de responsables politiques, d’experts (archivistes et historiens) et de responsables associatifs (reprenant plusieurs grandes structures du maillage et des réseaux s’étant constitués autour de ce « travail de mémoire »). Prenant largement pour cadre la ville et les quartiers populaires, ce qui est ici en jeu semble de centraliser et de coordonner la multiplicité disparate des structures qui se sont emparées depuis plus d’une décennie de ce champ d’actions politiques. Pour les uns, la « mémoire », et par ce biais l’histoire, correspondent à l’ouverture d’un nouveau champ de mobilisation et d’action publique, pour d’autres elles restent un objet scientifique, en revanche tous relèvent le potentiel fédérateur de cette thématique. Le texte de loi qui est posé en préambule au débat souligne cet aspect. L’action de mémoire est aujourd’hui un segment affirmé de la politique de la ville, non plus seulement limitée à être le vecteur d’une reconnaissance de minorités mémorielles mais qui doit être le socle de refondation de la politique de la ville. La diversité des acteurs fait d’ailleurs écho à la diversité des actions qui passent par le prisme de la mémoire : démocratie participative, question sociale, reconnaissance, intégration, etc.… Continuer la lecture de Mémoire et politique de la ville

Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín

Construit en 2011 dans le cadre du Programme d’aide aux victimes du conflit armé de la ville de Medellín, le Musée Maison de la Mémoire est le premier musée public colombien ayant pour objectif de mettre en récit le conflit armé qui secoue le pays depuis plus de 60 ans. S’il est clair que ce musée fait partie de la vaste palette des dispositifs (procès, Commissions de Vérité et de Réconciliation, réparations matérielles, publication de rapports sur le conflit) visant à favoriser la « transition vers la paix » des pays ayant connus un conflit civil ou une dictature, l’approche locale permet de faire émerger des enjeux qui relèvent de problématiques classiques de la sociologie politique.

Un exemple de ces enjeux est la problématique urbaine, plus précisément de la (re)construction d’une ville et de la (re)conquête de certains quartiers par la municipalité. Le Musée Maison de la Mémoire de Medellín s’inscrit en effet dans un projet de réaménagement de la zone centre-orientale de la ville. Projet écologique de récupération du fleuve Santa Elena, construction de logements sociaux, extension d’une ligne de métro, amélioration des services publics (eau, électricité) et construction d’ « espaces publics » (places, parcs) doivent participer au désenclavement de la zone, durement touchée par le conflit jusqu’aux années 2000. En 2011, la construction du musée a nécessité le rachat et la destruction de plusieurs maisons du quartier populaire de Boston, où de nombreux vendeurs de drogue et prostituées exerçaient leur activité. Le musée, dans ce contexte, s’inscrit dans des problématiques urbaines qui élargissent ses objectifs initiaux, centrés sur la mise en valeur du témoignage des victimes et la diffusion d’un récit pédagogique sur les origines du conflit armé, jusqu’à présent absent des manuels scolaires. Continuer la lecture de Musée de la mémoire et problématiques urbaines : le cas de Medellín